Les petits abattoirs sont en danger dans plusieurs endroits en Bretagne. Parmi eux, celui de Rostrenen, géré désormais par une SCIC, société coopérative qui réunit des éleveurs, des bouchers et des consommateurs et qui a besoin de trouver rapidement 20 000 € pour se sauver.

Un abattoir qui, chose rare désormais, pratique un abattage avec étourdissement préalable de l’animal, et ne se plie pas – comme le font de plus en plus d’industriels – à certaines dérogations permettant de faire du halal ou du casher, et donc des abattages sans étourdissement et avec plus de souffrance animale. Une raison de plus qui va sans doute lui apporter des soutiens financiers – ce type d’abattoir étant en voie de disparition y compris dans d’autres régions de France.

Lire la suite de l’article sur l’abattoir de Rostrenen ici

leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.