Il y a maintenant dix ans que j’annonce qu’il y aura un jour ou l’autre un accident notable avec une toxi-infection due à Escherichia Coli dans son sérotype O157 H7 responsable des cas de SHU (syndrome hémorragique et urémique), du fait des conséquences sanitaires de l’abattage rituel.

Les statistiques officielles font état depuis 2005 de cas de plus en plus fréquents mais les industriels sont astreints à des autocontrôles qui ont empêché jusqu’ici des contaminations trop spectaculaires.

Il faut savoir en effet que, outre la souffrance animale indéniable lié au non étourdissement, l’égorgement pratiqué dans l’abattage rituel qui sectionne l’œsophage contrevient aux règles d’hygiène en permettant au contenu de l’estomac de se déverser à l’extérieur et de contaminer toute la zone, et surtout les quartiers avant qui sont utilisés pour la viande hachée..

Or, il se trouve que notre fameux E. Coli O157 H7 provient exclusivement de l’estomac et de l’intestin des bovins (https://fr.wikipedia.org/wiki/Escherichia_coli_O157:H7 ) et, de ce fait, l’abattage rituel peut être légitimement incriminé. Les conditions d’hygiène de l’usine de fabrication des pizzas ont été dénoncées à juste titre et elles ont permis vraisemblablement la dispersion de la bactérie à toute la chaîne. Il a été affirmé que c’était la pâte qui était responsable, mais c’est tout bonnement impossible compte tenu de l’origine et de la nature de la bactérie.

D’ailleurs, en 2007, une note de service du Ministère de la Santé recommande la cuisson à cœur des steaks hachés pour la restauration collective , suite à la multiplication des cas de SHU. (Note de service N° DGS/SD7D/DHOS/E2/DGAS/2B/2007/167 du 23 avril 2007 relative à des recommandations concernant la cuisson des steaks haché dans le cadre de la prévention des infections à la bactérie Escherichia coli O157 :H7 pour les professionnels de la restauration collective)

En outre, les industriels de la viande qui vendent des steaks hachés surgelés inscrivent pour couvrir leur responsabilité la mention « bien cuire à cœur », car ils sont parfaitement au courant !

On peut mesurer à ce stade l’abandon quasi-total du principe de précaution (quelques fois appliqué de manière très rigide) et des préconisations d’hygiène « popularisées » pendant l’épidémie de COVID, sous la pression conjuguée de l’affairisme et de la pression politico religieuse islamique.

A ce stade je voudrais rappeler à mes éventuels contradicteurs que le casher représente moins de 1% des abattages vs plus de 60% pour le halal, et que le consommateur ce casher ne consomme que les quartiers avant qui sont les plus susceptibles d’être souillés. C’est donc bien le halal qui est à pointer du doigt dans ces graves cas de SHU, qui atteignent essentiellement les enfants et les sujets immunodéprimés.

Dans le cas présent, ces graves manquements à l’hygiène sont aggravés par la malbouffe industrielle et la massification de l’industrie agro-alimentaire qui maltraite la nature, les animaux et les consommateurs. Ceci est un autre débat de fond sur l’évolution de notre société.

Gageons en tous cas que ce cas d’école de Buitoni, détenu par Nestlé et revendiquant le qualificatif « halal », se perdra dans les sables mouvants de la justice et des experts et que ces industriels peu regardant préféreront payer des dommages énormes plutôt que de parler d’un sujet tabou : l’instauration progressive de l’ « islamic way of life »

Alain de Peretti

6 comments

  1. ASTIER 19 avril 2022 13 h 23 min

    c’est contradictoire
    « ….et que le consommateur ce casher ne consomme que les quartiers avant qui sont les plus susceptibles d’être souillés. C’est donc bien le halal qui est à pointer du doigt …. »
    Pouvez vous préciser, merci

    Répondre
    1. Alain 21 mai 2022 16 h 30 min

      Les consommateurs de casher nous laissent les quartiers arrière qui sont les moins souillés, et de plus le casher ne représente que moins de 1% des abattages alors que le halal représente plus de 60 % et là nous consommons tout!

      Répondre
  2. antoine 19 avril 2022 13 h 38 min

    « le consommateur ce casher ne consomme que les quartiers avant qui sont les plus susceptibles d’être souillés.  » voulez-vous dire que le casher prend plus de risque?

    Répondre
    1. Alain 21 mai 2022 16 h 31 min

      oui

      Répondre
  3. Pizza Buitoni : la piste du halal ? - Les Observateurs 21 mai 2022 11 h 54 min

    […] post Pizza Buitoni : la piste du halal ? first appeared on Vigilance […]

    Répondre
  4. Coriolan 10 septembre 2022 16 h 32 min

    Enquête de la Cellule Investigation de Radio- France, concernant ce scandale alimentaire, Nestlé ayant eu une affaire précédente aux États-Unis, pour des cookies, la farine non pasteurisée n’étant pas interdite.
    Secrets d’info sur France-Inter le 10 septembre 2022, avec les trois rapports de la DGCCRF précédant les drames de cette année, signalant !es manquements sanitaires répétés et les témoignages de salariés.

    Répondre

leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.