Le 17 Décembre la CJUE a rendu un arrêt très important suite à la décision de  la Flandre belge  d’interdire l’abattage sans étourdissement sur son territoire. 

Des associations musulmanes et juives avaient  porté  réclamation devant la CJUE considérant que cette décision était contraire à la liberté religieuse garantie par l’Union Européenne.

Les choses étaient mal parties : lors des plaidoiries, en Septembre, l’avocat général avait estimé que la liberté religieuse surpassait la souffrance animale. En général, la Cour suit toujours ses réquisitions 

Quelle ne fût pas notre  surprise de voir que la Cour avait statué sur le fait que l’étourdissement n’était pas contraire à la liberté religieuse.

C’est donc une grande victoire ! MAIS … n’oublions pas que cet arrêt n’est pas contraignant pour les autres pays, et son application dépendra du courage de notre personnel politique.

Il est donc, sauf divine surprise, pas difficile de prévoir que rien ne va bouger, pas de vagues, les communautés concernées étant très sensibles. Dans son célèbre discours de Harvard, Soljenitsyne avait dénoncé à juste titre « le déclin du courage »  Il avait analysé de façon très lucide le mal qui ronge notre monde occidental et qui se manifeste de façon paroxystique en ce moment face à l’épidémie de COVID, et à toutes les entreprises de démolition en cours (je préfère ce terme à celui de déconstruction)

Une autre bonne nouvelle pour le combat contre l’abattage rituel est tombée cette semaine.  On n’en a pas beaucoup parlé :  toujours au niveau européen, le Mardi 15 les ministres de l’agriculture de l’UE, à l’unanimité, ont demandé à ce qu’un étiquetage soit mis en place donnant les informations essentielles de mode d’élevage, de transport et d’abattage. Nous menons également depuis l’origine des actions pour cet étiquetage,  contre les modes d’élevage concentrationnaires, et les transports sur de longues distance qui sont, à l’évidence une maltraitance et influent sur la qualité de la viande issue des animaux d’abattoir. Dans ce contexte, l’abattage rituel constitue une « double peine » pour les animaux.

Nous vous recommandons la vidéo de l’émission d’ARTE  qui décrit le calvaire de nos bovins ou ovins transportés dans des conditions apocalyptiques en camion ou bateau vers les pays du Proche Orient ou du Maghreb où ils sont abattus halal.

Dans ce contexte malgré tout favorable, l’action que nous venons d’initier au niveau européen pourrait enfoncer le clou définitivement. Nous démontrons  de façon scientifique  que ce mode d’abattage est contraire aux règles d’hygiène élémentaires et en traîne de ce fait de nombreux problèmes (notamment de propagation de la résistance aux antibiotiques) du fait de la section de l’œsophage et de la trachée lors de la saignée par égorgement large, entraînant le déversement du contenu de l’estomac.

Nous estimons, dans le contexte d’hystérie hygiéniste actuel autour du COVID, que ces arguments sanitaires sont en mesure d’obtenir l’interdiction de l’égorgement halal et donc d’obliger les communautés concernées à rentrer dans la modernité en reconnaissant comme halal ou casher la viande des animaux abattus selon les règles scientifiques modernes.

Alain de Peretti

3 comments

  1. eric ARNOUT 25 décembre 2020 17 h 33 min

    il faut mettre fin à ces barbaries actées sous couvert de la “religion”.

    Répondre
  2. RICHARD-NICOLAS 28 décembre 2020 16 h 31 min

    Une religion dont les croyants défendent avec acharnement la souffrance animale ne doit plus être considérée comme telle, mais bien comme une secte néfaste à l’espèce humaine et aux autres.

    Répondre
  3. Alain Durand 6 janvier 2021 17 h 56 min

    Merci pour ces actions. Au moins, si l’étiquetage était OBLIGATOIRE (comme le port du masque ????) il y aurait peut-être moins de résistances aux virus, et pas seulement à CEUX de la pandémie actuelle

    Répondre

leave a Reply

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.